Construire une école à Saint Parres aux Tertres

Publié le par Christian Lambart

 

L’école de Saint-Parres avait été détruite en 1814. Les alliés, au lendemain du combat de Laubressel, avait pillé et incendié une partie de la commune.La campagne de France avait laissé un bien triste héritage à notre commune. En 1824, la municipalité et celle de Villechétif avaient  fait une demande auprès de la Préfecture afin de pouvoir reconstruire cette école. Or le Préfet de l’époque refuse catégoriquement, arguant du manque de ressources des deux municipalités.

Il faudra attendre 1831 pour que l’affaire soit relancée. En effet, le 3 décembre, le comité d’instruction de l’arrondissement de Troyes, émet le vœu que les communes de Villechétif, de Belley, de Saint-Parres rebâtissent une école. L’injonction est précise, car les deux communes : « N’ont qu’une seule école tenue à Saint Parres dans une chambre unique et de loyer, l’instituteur demeure aux Vieilles Vignes chez lui. Entre la classe du matin et celle du soir, il va prendre son repas chez lui, et les enfants des hameaux voisins restent dans la classe sans mentor. Les deux sexes, bien entendu, y sont réunis. Le local est beaucoup trop petit, et d’un moment à l’autre on peut être évincé par le propriétaire. » Les habitants de Villechétif et du Belley profitent de cette note pour qu’une nouvelle demande soit formulée à la préfecture. Celle-ci accepte. Mais il faudra attendre 1838 pour que M. Lavocat, maire de Saint-Parres accepte un devis de M. Portrait Architecte. Ce devis doit aboutir à la construction d’une école de 36 mètre de longueur et 7m90 de largeur. Celle-ci est composé d’un Rez de Chaussée et d’un grenier. On trouve une salle commune pour les réunions du conseil municipal, un cabinet pour la cantine, un petit vestibule de communication, une grande salle pour la classe, une chambre pour le maître avec four et cheminée, un sellier et un escalier pour accéder au grenier. L’entreprise Guibouret-Petit est chargé des travaux qui s’élèveront à 8270,47 Francs le 25 octobre 1840. Ce bâtiment fut aussi l’ancienne mairie et fait désormais partie du patrimoine immobilier de notre commune.

 

 

 

Archives de l’Aube, 2 O 3212 Construction de l’école.

Pierre Mazué, notes d’histoires sur Saint-Parres aux Tertres, Troyes, L. Drouin, 1953, 85 p.

 

 

 

Christian Lambart

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article