Jules Nermerick

Publié le par Christian Lambart

.


 


Il est né le 6 avril 1886 à Saint-Ail-Habonville (Meurthe-et-Moselle), militant communiste, Jules Nermerick eut d'abord une activité dans le mouvement coopératif. Il se présenta en mars 1926 et avril 1927 aux élections pour le conseil d'administration de la coopérative troyenne de consommation « La Laborieuse » sur la liste des coopérateurs révolutionnaires contre Floiras et Lagrange. Il fut également en 1929 candidat de la CGTU aux conseils de prud'hommes dans le collège employés.

Il était l'ami de René Plard et lors de l'exclusion du parti communiste de ce dernier, Jules Nermerick le suivit aux «Amis du Rappel». Il fut d'ailleurs désigné, par ce groupe de dissidents communistes, comme délégué au congrès mondial contre la guerre (Amsterdam, août 1932). Secrétaire du groupe des «Amis du Rappel» de Saint-Parres-aux-Tertres (Aube), il entra au bureau départemental le 4 février 1933 puis, au Comité central de l'organisation, le 2 décembre. Il fut élu sous cette étiquette au conseil municipal de Saint-Parres à la suite de l'élection partielle du 12 août 1933. Il s'était opposé au communiste Picot qui n'avait obtenu que 21 voix mais, aux municipales de 1935, ils étaient tous deux sur une liste d'union qui l'emporta. Jules Nermerick fut alors élu maire de Saint-Parres-aux-Tertres et signa, à ce titre, l'appel des maires antifascistes de l'Aube pour les Volontaires de la liberté. Il fut destitué le 16 mai 1941 de sa fonction de maire à la suite de la mise en place d'une délégation spéciale nommée par Vichy.

Nommé maire provisoire à la Libération , Jules Nermerick fut élu en mars 1945 et le demeura jusqu'en juillet 1951. En mars 1945, il signa comme secrétaire des «Amis du Rappel», une lettre adressée au PC et au PS, en vue des élections municipales. Une réponse commune, parue dans le Réveil de l'Aube du 5 avril 1945, de Navoizat (PC) et de Rincent (PS) invitait les «Amis du Rappel» «à se situer dans le parti de classe de leur choix, selon leurs affinités, afin qu'il n'y ait pas trois partis».

Jules Nermerick mourut le 22 septembre 1966 à Troyes.

 

 

Christian Lambart

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article