André Gravelle

Publié le par Christian Lambart

.

 

André Gravelle fut Résistant et Maire de Saint Parres aux Tertres. La commune peut être fiere de son passé et des hommes qui l’ont dirigée, l’un d’entre eux André Gravelle fut une figure de la Résistance auboise.

Il est né le 30 septembre 1925 à Villechétif. Issu d’une famille d’agriculteur, il poursuit des études secondaires au lycée de garçons de Troyes. Lorsque que la guerre éclate, il est en classe de 4ème. C’est donc très jeune qu’il rejoint en octobre 1943 le mouvement Libération-Nord alors que son père est le représentant du mouvement pour le secteur Saint-Parres-aux-Tertres-Villechétif. Comme tous les jeunes de son époque, il cherche à fuir le STO, il dit lui-même dans un entretien : « Fin 1942, la Résistance dans l’Aube et en France avait ses jalons, mais elle s’est etoffée en 1943. Les réfractaires ont eu des contacts en 1943 avec les réseaux. Ils allèrent fin 1943-début 44 au maquis ».

 

Au mois de juin 1944, il participe au combat de Montaigu et en août 1944, il intègre le maquis de l’armée secrète à Mussy-Grancey. Il participe au combat de la ferme de Réveillon et se réfugie dans la forêt de Chaource. Là, il devient Chef de section dans la compagnie commandée par Laplanche. Après avoir participé à la libération de Troyes, il s’engage au 2ème bataillon du 131ème RI avec lequel il prendra part au combat de l’Atlantique avec les Forces Françaises.

Il sera militaire jusqu’à la dissolution de son régiment en août 1945. A son retour, il travaille à la ferme familiale jusqu’en 1949, date de la disparition de son père. Il entre ensuite à la caisse primaire d’assurance maladie où il devient chef de bureau. Puis, tenté par le journalisme, il entre au quotidien socialiste Libération-Champagne en mars 1951 et prend la direction de la rédaction sportive. Il reçoit la carte du combattant avec le numéro 89233 ;

 

Devenu habitant de Saint-Parres-aux-Tertres, il est élu conseiller municipal en 1953, adjoint en 1956 et Maire en mars 1965. Le 11 mars 1973, il est le candidat de l’Union des Gauches aux législatives et est élu Député avec 52% des suffrages. La même année, il est élu Conseiller Général. Son parcours politique, à l’image de sa vie fut très actif. Il fut Député, Maire, Conseiller Général, Vice président du syndicat intercommunal, délégué cantonal des écoles publiques… Il décédera en mars 1992.

 

Sources

 

Sources familiales

Libération-Champagne

Archives départementales de l’Aube, fond Daubigny, entretien n° 20 du 13 septembre 1969

 

STO (Service de Travail Obligatoire), instaurée par le régime de Vichy en 1942 et destinée  aux jeunes en âge d’être mobilisé que l’on envoyait en Allemagne dans le cadre de la politique de Collaboration.

 

Christian Lambart et Dominique Glentzlin

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article